Les Bourses accusent la menace de Moody’s sur la France

Loin de s’éclaircir comme le laissaient entrevoir les résultats de la dernière réunion du G20, le tableau économique de la zone euro continue de s’assombrir. Déjà refroidis, la veille, par les déclarations de l’Allemagne sur les résultats à attendre du prochain sommet européen de cette fin de semaine, les investisseurs prennent, aujourd’hui, de plein fouet, l’avertissement lancé par Moody’s sur la note souveraine de la France. A l’ouverture, la Bourse de Paris tout comme celle de Francfort reculait de 1,3 % tandis que Londres baissait de 1 %. Auparavant, la Bourse de Tokyo avait terminé mardi en baisse de 1,55% dans un marché très peu actif.

La menace de Moody’s sur la France, qui ravive les craintes de contagion de la crise à l’ensemble de l’Union monétaire, va peser sur la tendance. L’agence d’évaluation financière se donne trois mois pour déterminer si la perspective « stable » de la note Aaa (la meilleure possible) de la France est toujours justifiée au vu de la dégradation de la situation économique. Le ministre de l’Economie François Baroin a assuré que Paris mettrait « tout en oeuvre » pour conserver sa précieuse note, qui lui permet d’emprunter aux meilleures conditions possibles sur les marchés. Mais il a admis que la croissance 2012 du pays pourrait être inférieure aux prévisions officielles.
La déception des investisseurs est « à la hauteur des espoirs mis dans les annonces des prochains sommets » européen du 23 octobre et du G20 des 3 et 4 novembre, soulignent, par ailleurs, les analystes de Natixis, cités par l’AFP. « Je dirais que plus de la moitié du rally boursier ce mois-ci est le fait d’espoirs de décisions politiques en Europe. Je pensais qu’il s’essoufflerait après le sommet européen (du 23 octobre) mais c’est arrivé plus tôt », commente pour sa part Soichiro Monji, responsable de la strategie chez Daiwa SB Investments. Les opérateurs craignent que les décisions prises ne soient « au final trop timides par rapport aux enjeux ».
Enfin, le scénario de ralentissement économique mondial, étayé par les derniers chiffres en provenance de Chine, reste un facteur de tensions. La croissance chinoise a ralenti à 9,1% au troisième trimestre alors que ses exportateurs commencent à ressentir la crise en Europe et aux Etats-Unis. Les investisseurs suivront cette séance la publication du baromètre ZEW sur la confiance des milieux financiers allemands et les prix à la production en septembre aux Etats-Unis. Les nombreuses publications de résultats d’entreprises devraient continuer à intéresser le marché même si ce dernier reste focalisé sur la question des dettes souveraines européennes.
L’euro repartait légèrement à la hausse mardi, après son recul de la veille. Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris), l’euro valait 1,3770 dollar contre 1,3734 dollar lundi soir. «Le marché des changes devrait s’installer dans une position attentiste avant le sommet européen qui se tient le week-end prochain», a commenté le Crédit Agricole dans une note.
LES ECHOS (SOURCE AFP)

Photo : Reuters
source: les Echos

Lien Permanent pour cet article : http://www.burkina-faso.biz/voir/les-bourses-accusent-la-menace-de-moodys-sur-la-france/

Laisser un commentaire

Extension Factory Builder