Tourisme, art et culture au Burkina Faso

Les 11 plus grosses faillites de l’histoire des Etats-Unis

La mise en faillite de American Airlines annoncée ce mardi est un coup dur pour l’économie américaine dans cette période difficile. Mais le pays a connu d’autres péripéties similaires… ou mêmes pires !

Copyright Reuters


Après MF Global en octobre dernier, la faillite de la compagnie aérienne American airlines rappelle de bien mauvais souvenirs aux investisseurs américains. En effet, la dernière décennie a été une véritable hécatombe pour l’économie américaine, qui a vu de nombre de ses fleurons tomber sous le coup de la faillite.

Toutefois, le fait que la troisième compagnie aérienne du pays se soit placée sous la protection du chapître 11 de la loi américaine sur les faillites n’est que la première étape vers une potentielle liquidation (chapître 7 de la loi). Le cas de American Airlines n’est donc pas désespéré, car cette décision pourrait permettre à la compagnie de se restructurer sous l’œil de la justice en abaissant ses coûts, notamment salariaux et surtout en se protégeant de ses créanciers. Un bol d’air potentiel pour l’entreprise, donc.

Vision trop optimiste de la situation ? Il faut dire que les entreprises américaines en ont vu d’autres, aux enjeux financiers bien plus colossaux, comme l’a rappelé le site Business Insider à travers une revue des banqueroutes les plus retentissantes depuis une dizaine d’années.

Le record est, bien entendu, détenu par Lehman Brothers, avec 691 milliards de dollars partis en fumée, ou presque. Enron, General Motors, WorldCom, Chrysler… autant de faillites spectaculaires, souvent au parfum de scandale, qui ont ébranlé les marchés et l’opinion américaine, quand ce n’est pas le reste du monde…

1. Lehman Brothers

Lehman Brothers


Année de faillite : septembre 2008 – Valorisation : 691 milliards de dollars. Dès 2007, la banque commença à truquer ses comptes afin de masquer ses pertes. Mais en septembre 2008 alors que la crise financière battait son plein, la banque d’affaires fut abandonnée à son sort parles autres établissements de crédit, la Fed, et le gouvernement américain. Cette décision controversée fut interprétée comme un moyen pour le gouvernement de créer un exemple

2. Washington Mutual

Washington Mutual


Année de faillite : septembre 2008 – Valorisation : 327,9 milliards de dollars. Plus grosse caisse d’épargne des Etats-Unis en 2008, la banque ne résista pas à la panique suivant la faillite de Lehman Brothers. Ses client retirèrent plus de 16 milliards d’euros en dix jours. JP Morgan racheta finalement les actifs de Washington Mutual valorisés à 307 milliards de dollars au gouvernement américain pour une bouchée de pain.

3. WorldCom

WorldCom


Année de faillite : juillet 2002 – Valorisation : 103,9 milliards de dollars. Au cœur d’une fraude comptable et de fautes de gestion, le CEO de Worldcom, Bernard Ebbers fut condamné à une peine de prison. Ses erreurs ont conduit cette entreprise de télécommunications à la banqueroute en 2002, avant d’être renommée MCI et rachetée par Verizon en 2005.

4. General Motors

General Motors


Année de faillite : juin 2009 – Valorisation : 91 milliards de dollars. Minée par des années de baisse des ventes, le deuxième plus gros constructeur immobilier mondial a failli ne pas survivre à la crise immobilière. Seul son sauvetage par le gouvernement fédéral américain permit de sauver l’entreprise – et ses 200.000 salariés – de la liquidation.

5. CIT Group

CIT Group


Année de faillite : novembre 2009 – Valorisation : 80,4 milliards de dollars. Emportée par la crise financière de 2008, la société de leasing se mit en faillite une première fois avant d’être renflouée dans le cadre du plan Tarp destiné à sauver le secteur financier américain. Mais la banque ne s’est jamais vraiment relevée et fit finalement banqueroute un an plus tard.

6. Enron

Enron


Année de faillite : octobre 2001 – Valorisation : 65,5 milliards de dollars. Le géant de l’énergie fut au cœur d’un scandale de corruption et de manipulation comptable qui entraînèrent sa liquidation. Suite aux révélations de l’affaire Enron, les législateurs décidèrent de séparer les activités d’audit et de conseil.

7. MF Global

MF Global


Année de faillite : octobre 2011 – Valorisation : 41 milliards de dollars. Spécialiste du marché des Futures, les dirigeants de MF Global ont la mauvaise idée de vouloir se muter en banque d’investissement. Juste avant l’été 2011, l’entreprise acquiert 6 milliards d’euros de dettes souveraines européennes dont la valorisation va fondre. Il s’agit de la plus importante victime de la crise de la dette à ce jour.

8. Conseco

Conseco


Année de faillite : octobre 2002 – Valorisation : 61,4 milliards de dollars. Cette compagnie d’assurance avait frénétiquement acquis de nombreuses entreprises dans les années 90. Le rachat de Green Tree Financial fut l’opération de trop. Cette entreprise spécialisée dans le financement de la vente de mobile homes a traîné Conseco par le fond jusqu’à la faillite.

9. Chrysler

Chrysler


Année de faillite : avril 2009 – Valorisation : 39,3 milliards de dollars. En 2008, le constructeur automobile fut très impacté par la baisse de la consommation et le resserrement des conditions de crédit bancaire. Malgré le soutien de l’État fédéral, Obama força l’entreprise à se mettre en faillite. Ses opérations furent cédées à une nouvelle entreprise : Chrysler Group LLC détenue par Fiat et le Trésor américain. Deux ans après, l’entreprise était de nouveau rentable.

10. Thornburg Mortgage

Thornburg Mortgage


Année de faillite : mai 2009 – Valorisation : 36,5 milliards de dollars. La crise immobilière et le crédit crunch a balayé ce prêteur hypothécaire. Cette firme s’était spécialisée dans des prêts de plus de 400.000 euros théoriquement peu risqués. L’entreprise fut liquidée.

11. Pacific Gas & Electric Co

Pacific Gas & Electric Co


Année de faillite : 2001 – Valorisation : 36,1 milliards de dollars. Victime de la crise de l’électricité en Californie dans les années 2000-2001 PG&E, fournisseur de gaz et d’électricité fait faillite en 2001. Les coupures d’électricité successives, permises par la dérégulation du secteur dans les années 90 et les manipulations des prix par Enron ont fortement augmenté les coûts pour la compagnie qui s’est néanmoins relevée en 2004 après avoir versé 10 milliards de dollars à ses créanciers. Aujourd’hui encore les clients de SG&P paient le prix de cette déroute car la société répercute le coût de son désendettement sur ses clients.

Source : La Tribune

Lien Permanent pour cet article : http://www.burkina-faso.biz/voir/les-11-plus-grosses-faillites-de-lhistoire-des-etats-unis/

Laisser un commentaire

Extension Factory Builder