Interconnexion des systèmes informatiques douaniers

Les ministres en charge des questions douanières de la zone CEDEAO se sont retrouvés à Ouagadougou le 25 novembre 2011 afin d’adopter le grand projet d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers. La rencontre qui a connu la présence de la plupart des responsables et des ministres en charge des services des douanes a été présidée par le vice-président de la commission de la CEDEAO, Jean de Dieu Somda, représentant le président et le ministre délégué au Budget, Didier Marie Noël Zoundi, représentant le ministre de l’Economie et des finances.

Interconnexion des systèmes informatiques douaniers


Le 24 novembre 2011, le comité de pilotage du projet d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers de la CEDEAO (ALISA) s’est réuni à Ouagadougou et a adopté un projet de rapport qui devait être examiné par les ministres en charge des services douaniers de la communauté. Ce rapport qui a pu être rendu disponible a été présenté aux ministres, le 25 novembre 2011 à Ouagadougou, lors de la rencontre au sommet. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le vice-président de la commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le ministre délégué au Budget, Didier Marie Noël Zoundi, a représenté à ladite cérémonie le ministre de l’Economie et des finances (MEF). Le directeur par intérim du Centre informatique communautaire, Osei Tutu, prenant la parole, a souligné que cette réunion des ministres est la manifestation de la volonté des Etats de travailler à la réduction des tracasseries sur les routes de la CEDEAO. Il a, en outre, laissé comprendre que l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers de la communauté viendra, à n’en point douter, permettre une interprétation uniforme des données. Pour le ministre délégué au Budget du Burkina, Didier Marie Noël Zoundi, « le projet d’interconnexion est à sa phase décisive » avec la rencontre des ministres et eu égard aux avancées majeures enregistrées lors des différentes réunions aussi bien celle des experts que celle du Comité de pilotage. Lors de la rencontre des ministres, de nombreuses recommandations du comité de pilotage devront être examinées. Au nom des autres ministres de l’espace, Didier Marie Noël Zoundi a expliqué que leur rencontre validera lesdits documents en vue de la mise en oeuvre diligente du projet. Il a aussi précisé que le projet a pour objectif stratégique d’uniformiser et de simplifier les formalités de transit entre pays membres de la CEDEAO.

Que d’avantages…

Il s’agit non seulement pour les Etats, mais aussi le secteur privé et les agences gouvernementales « d’échanger des informations relatives aux marchandises en transit dans l’espace, de faciliter les échanges commerciaux entre pays, d’éliminer les multiples saisies et contrôles des marchandises, d’éviter les déversements frauduleux en cours de transit et de mettre à la disposition des Etats, des données statistiques et commerciales fiables. » En passant donc à la vitesse supérieure dans l’élaboration du grand projet d’interconnexion, les Etats de la CEDEAO pourront mieux s’insérer dans l’économie mondiale et profiter des gains de productivité liés aux échanges, a soutenu le ministre délégué, Didier Marie Noël Zoundi. Il en a énuméré trois. D’abord, le nouvel environnement de travail offrira des perspectives d’augmentation des recettes de porte, grâce à la facilité du contrôle. Ensuite, les populations bénéficieront de la réduction des coûts liés au transport des marchandises en transit et enfin, le classement mondial des pays de la communauté pourra s’améliorer en matière de facilitation des échanges et de ce fait, du climat des affaires. Le vice-président de la commission de la CEDEAO, Jean de Dieu Somda, avant de procéder à l’ouverture officielle des travaux, n’a pas manqué de s’adresser aux ministres. Tout en saluant la volonté commune des Etats de la communauté d’aller vers un espace communautaire libre de toutes tracasseries, il a invité les ministres à emboîter le pas.

… pour les économies nationales !

Le travail qu’ils ont à abattre sera d’une importance capitale non seulement pour les économies nationales mais aussi pour le positionnement économique mondial de la zone. D’après Jean de Dieu Somda, le travail des experts qui a consisté à faire des démonstrations sur le fonctionnement du système régional de transit informatisé et à faire l’état des lieux de la mise en oeuvre de la Convention TRIE constitue un grand pas. Il a tenu à féliciter les experts pour la qualité des résultats auxquels ils sont parvenus. Au nom de la CEDEAO, Jean de Dieu Somda a expliqué que « des dispositions nécessaires à la mise en oeuvre du projet d’interconnexion » seront prises afin d’accompagner ledit projet. « Le projet d’interconnexion qui s’inscrit dans le cadre des normes SAFE de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) a pour objectif global, l’accroissement des performances des administrations douanières. Il s’agit plus spécifiquement, de la facilitation et la sécurisation du commerce, la réduction, voire l’élimination des entraves aux échanges et à la libre circulation des marchandises au double plan régional et international, notamment en matière de transit », telle est la conviction du vice-président Jean de Dieu Somda. L’interconnexion s’est avérée vitale pour la CEDEAO. Elle est aussi une nécessité, d’où le fait qu’elle allie les nouvelles technologies de l’information et de la communication dans la gestion des services douaniers. Elle entend donc faire appel à tous les moyens disponibles pour permettre aux populations de mieux commercer. Jean de Dieu Somda a soutenu que les systèmes informatiques des différents pays, aussi efficaces soient-ils, ne peuvent être performants que s’ils sont connectés. Pour parvenir à la réalisation effective de ce projet, « la CEDEAO a entrepris de transformer le centre de formation du CIC à Lomé en un centre d’excellence, a laissé entendre Jean de Dieu Somda. Les missions assignées au centre seront de renforcer les capacités, d’assister techniquement les Etats membres, d’héberger et de gérer la base de données douanière régionale pour le transit, a poursuivi le vice-président de la commission. Les recommandations issues de la rencontre des ministres visent surtout à accélérer le processus de mise en oeuvre du projet ALISA. Dans cette optique, ils ont souhaité que les Etats soient accompagnés dans la mise en oeuvre de leur système informatique douanier pour faciliter l’interfaçage, que la migration soit prise en compte dans le cadre du projet, que des actions soient diligentées auprès des partenaires techniques et financiers pour la mobilisation des fonds et qu’enfin, la réflexion se poursuive et s’approfondisse sur le système de caution régionale qui sera mis en place. Par ailleurs, les ministres se sont engagés à faire des plaidoyers partout où il sera nécessaire pour que le projet soit une réalité au cours du premier semestre de l’année 2012.

Des avantages communs

Colonel Pierre Alphonse Da, DG adjoint des douanes de la Côte d’Ivoire:
« Il faut que chaque pays membre puisse tirer profit de sa zone »
« Le projet d’interconnexion est un projet sur lequel l’ensemble des pays de la CEDEAO compte beaucoup. Il ne s’agit pas d’un avantage particulier pour la Côte d’Ivoire, mais d’un avantage général que l’ensemble des pays membres de la CEDEAO devrait pouvoir tirer. Aujourd’hui, nous sommes dans un monde dit global et dans ce sens-là, il faudra que chaque pays membre d’une organisation puisse tirer profit de la zone à laquelle il appartient, dans l’intérêt des populations respectives. »

Ousmane Guiro, DG des douanes du Burkina:
« Beaucoup de déperditions seront dorénavant évitées »
« Les avantages liés sont très importants. D’abord, les administrations douanières nationales pourront mieux suivre le transit. Il y a beaucoup de déperditions qui seront dorénavant évitées, de même que les déversements frauduleux. Ensuite, les administrations pourront voir des informations en temps réel sur la position des marchandises. Enfin, au niveau du transport, le commerçant gagne en temps et aussi en coût de transport sans oublier son incidence sur le prix des produits une fois à destination. »

Lien Permanent pour cet article : http://www.burkina-faso.biz/voir/interconnexion-des-systemes-informatiques-douaniers/

Laisser un commentaire

Extension Factory Builder