Tourisme, art et culture au Burkina Faso

Grèce : Lucas Papademos forme un gouvernement de coalition

Le ministère des Finances reste aux mains d’Evangélos Vénizelos. Les Affaires Etrangères échoient à un libéral de la Nouvelle Démocratie, l’ex-commissaire européen Stavros Dimas. L’extrême droite fait son entrée au gouvernement. La presse grecque évoque un « pari national ».

le Premier ministre grec Lucas Papademos


Nommé nouveau Premier ministre jeudi, Lucas Papademos a annoncé ce vendredi la formation du gouvernement de coalition (voir encadré) dont la feuille de route consiste rien moins qu’à sauver le pays de la faillite. Poste clé, le ministère des Finances reste dans les mains d’Evangélos Vénizelos, poids-lourd socialiste, tandis que les Affaires Etrangères échoient à un libéral de la Nouvelle Démocratie, l’ex-commissaire européen Stavros Dimas, a annoncé le gouvernement dans un communiqué officiel. Le nouveau gouvernement a prêté serment vendredi en début d’après-midi à la résidence présidentielle.
M. Vénizélos, 54 ans, a joué un rôle clé ces derniers mois lors de l’aggravation de la crise grecque. Il avait été nommé en juin à ce poste par le Premier ministre socialiste George Papandréou, qui a démissionné cette semaine et auquel a succédé l’ancien vice-président de la Banque centrale européenne M.Papadémos.
Stavros Dimas, 70 ans, est vice-président de la Nouvelle-Démocratie, le parti qui a accepté dimanche de participer à un gouvernement de coalition pour sauver la Grèce, au bord de la faillite. Makis Voridis a été nommé ministre des Transports et Adonis Georgiadis, au secrétariat d’Etat au développement et à la Marine marchande. Avec lui, l’extrême droite est à nouveau présente dans un gouvernement grec; une première depuis le retour de la démocratie en 1974 après la chute de la dictature des colonels.
Première bonne nouvelle : la chancelière allemande Angela Merkel a assuré Lucas Papademos de son soutien. «Je me réjouis de notre collaboration et je vous assure que l’Allemagne vous soutiendra, ainsi que le peuple grec, dans ces temps difficiles, pour répondre aux défis communs en Europe et dans la zone euro», a écrit Mme Merkel dans un télégramme de félicitations pour sa nomination diffusé par la chancellerie.
Un pari national

La plupart des quotidiens grecs saluaient vendredi matin la fin du thriller politique qui a abouti jeudi à la nomination du nouveau Premier ministre Lucas Papademos, soulignant que son choix constitue «un pari national» pour faire face à la crise que traverse le pays.
«Nouvelle ère, le pari de Papademos», soulignait Ethnos (centre-gauche) en qualifiant d’«historique» la décision de trois partis, la droite, les socialistes et l’extrême-droite de former un gouvernement d’union, qui «a soulagé la Grèce et ses partenaires européens». Même titre à la une de Ta Néa (pro-socialiste): «Le nouveau gouvernement est appelé à gagner le grand pari national du maintien du pays dans la zone euro» après «cinq jours tragi-comiques à la recherche d’un Premier ministre de consensus». Selon Ta Néa et plusieurs médias Evangélos Vénizélos, poids lourd de l’ex-gouvernement socialiste sortant, conserverait le ministère-clé des Finances.
La droite (Nouvelle-Démocratie) participerait au nouveau gouvernement avec au moins quatre cadres dont l’ex commissaire européen Stavros Dimas, tandis que celle de deux cadres de l’extrême-droite (Laos) est aussi envisagée, selon Ta Néa. Pour le quotidien libéral Kathimerini, la nomination d’un nouveau gouvernement «tourne la page et fait naître l’espoir». Le choix de M. Papademos est une preuve de «responsabilité de nos hommes politiques, même s’il est intervenu à la dernière minute».
«Elefthéros Typos» souligne que l’accord sur un nouveau gouvernement a soulagé l’opinion publique, «non parce que les gens rêvaient de voir un banquier prendre les rênes du pays, mais parce que finalement la Grèce a un Premier ministre qui va la mener vers les élections».
Pour sa part, le quotidien financier Naftémporiki souligne que la constitution d’un gouvernement de coalition est favorablement accueilli, «tant au niveau social que politique» et qu’il aura «un rôle crucial, celui de renouveler l’engagement européen du pays». Plus réservé, le quotidien de gauche Elefthérotypia pointe que «le gouvernement de coopération de deux principaux partis a été imposé par Bruxelles». Le journal estime que ce choix ressemble à celui de l’Italie, «car dans les deux cas, le système politique s’est avéré incapable de gérer la crise».

La composition officielle du gouvernement Papademos

Premier ministre: Lucas Papademos
Vice-Premier ministre: Théodore Pangalos
Vice-Premier ministre et Finances: Evangélos Vénizélos
Réforme de l’administration et société de l’information: Dimitris Reppas
Intérieur: Tassos Giannitsis
Affaires étrangères : Stavros Dimas
Défense nationale : Dimitris Avramopoulos
Développement, compétitivité et marine marchande: Michalis Chryssohoïdis
Environnement, énergie et changement climatique : Georges Papaconstantinou
Education, et cultes: Anna Diamantopoulou
Infrastructures, transports et réseaux : Makis Voridis
Emploi et assurance sociale : Georges Koutroumanis
Santé et solidarité sociale : Andréas Loverdos
Développement agricole et alimentation : Costas Skandalidis
Justice : Miltiadis Papaïoannou
Protection du citoyen: Christos Papoutsis
Culture et tourisme: Pavlos Geroulanos
Ministre d’Etat et porte-parole du gouvernement: Georges Stavropoulos

Le gouvernement compte également neuf ministres adjoints et 21 secrétaires d’Etat.

Source : Les Echos

Lien Permanent pour cet article : http://www.burkina-faso.biz/voir/grece-lucas-papademos-forme-un-gouvernement-de-coalition/

Laisser un commentaire

Extension Factory Builder