Zamablog

Etre ambitieux sans se faire détester

Critiqués pour leur attrait du pouvoir, leur manque de modestie, leur individualisme ou leur flagornerie, les ambitieux n’ont pas toujours bonne presse au sein du monde de l’entreprise. C’est surtout le cas auprès de leurs collègues chez qui ils peuvent susciter jalousie voire agacement.
Bien dirigée, l’ambition de chacun peut pourtant devenir un véritable moteur pour soi et pour les autres. En contribuant à créer une émulation positive, elle peut même renforcer le dynamisme des équipes. Découvrez comment être ambitieux sans vous faire détester du reste de vos collègues.

Utiliser son chef comme un levier et ne pas le court-circuiter

Dans bien des cas, votre ascension au sein de l’entreprise sera entre les mains de votre supérieur. D’où l’importance de ne pas vous mettre à dos ce mentor. « D’un côté, il s’agit de lui démontrer que l’on est soi-même un chef en puissance, par une disponibilité à toute épreuve, explique Nathalie Lenoir, auteur de « Devenir chef en 10 leçons » chez Bourin Editions. De l’autre, il ne faut pas qu’il nous voit comme un concurrent potentiel qui risque de lui voler sa position de chef, en veillant à ne pas en faire trop et en respectant scrupuleusement toutes les règles. »
Vous ne devez surtout pas lui donner l’impression de vouloir le court-circuiter voire prendre sa place. Faites preuve d’initiatives et proposez vos meilleures idées pour lui montrer vos compétences. Et, pour établir une relation de confiance, faites-lui savoir qu’il peut compter sur vous.

Faire connaître ses ambitions, sans en faire trop

Vous voulez décrocher une promotion, une augmentation de salaire ou une nouvelle formation ? N’attendez pas les bras croisés que votre hiérarchie vienne vers vous, prenez les devants et faites connaitre vos aspirations. « Tout au long de l’année, il faut entretenir la communication avec son manager et ne pas hésiter à faire part de ses bonnes idées, conseille Chrislaine Laury, directeur paie et administration du personnel chez l’entreprise de certification SGS. Pour les plus timides, l’entretien d’évaluation est un moment privilégié pour faire part de sa volonté d’évoluer, en tête à tête. »
Communiquer est donc nécessaire mais attention à ne pas en faire trop. A force de le crier sur tous les toits, vous risquez d’agacer vos collègues voire d’attiser leurs jalousies. Comme il n’est jamais facile de concilier relations amicales et ambition personnelle, gardez vos velléités pour votre hiérarchie. Pas la peine de mettre toute votre équipe au courant.

Savoir bien s’entourer

« La capacité à tisser un réseau à tous les niveaux de l’entreprise est un élément de base du pouvoir, analyse Nathalie Lenoir. L’objectif est de s’appuyer sur une toile serrée d’alliés potentiels qui, le moment voulu, pourront devenir de précieux leviers vers le pouvoir. »
Etre ambitieux, c’est aussi savoir s’entourer des bonnes personnes. Cet aspect est d’autant plus important que l’on se hisse rarement au sommet sans le concours de collègues ou de supérieurs. Et puis, « lorsque son ambition ne sert que sa propre personne et qu’elle néglige celles qui l’entourent, l’ambitieux agace », explique Chrislaine Laury. Attention toutefois à ne pas nouer des relations dans le seul but d’évoluer. « Utiliser les uns et les autres uniquement comme des instruments au service de sa propre carrière vous marginalisera rapidement », prévient Nathalie Lenoir.

Ne pas être aussi exigeant avec les autres qu’avec soi

Rien ne peut être plus agaçant qu’un collègue qui en fait toujours plus que ce qui lui est demandé, enchaîne les horaires surhumains avec des conséquences négatives sur l’agenda des autres. Si vous avez de l’ambition, ce n’est peut-être pas le cas de tout le monde et vous devez en tenir compte. « On ne peut pas exiger de quelqu’un ce dont il n’est pas capable ou ce qu’il ne veut pas donner », confie Chrislaine Laury. En plus d’être le plus souvent improductif, cela a aussi pour effet de vous les mettre à dos.
Inutile de chercher à fédérer vos collègues résistant à votre cause. Respectez leurs compétences mais ne vous épuisez pas à essayer de les faire changer. Acceptez que certains privilégient franchement l’équilibre entre leur vie professionnelle et personnelle.

Associer les autres à ses réussites

S’il est important de se mettre en avant pour se faire connaître, il ne faut pas pour autant oublier ceux qui y ont participé. « En associant les autres à nos succès, on s’inscrit dans une émulation positive qui fait avancer tout le monde », précise Chrislaine Laury. Les collègues mis en avant se montreront reconnaissants de l’attention que vous leur portez et susceptibles de vous rendre la pareille lorsque leur tour sera venu.
« Tout est affaire d’équilibre subtil entre une proximité porteuse d’alliances potentielles, car on ne peut progresser seul en entreprise, et une certaine distance pour faire passer le message que nous ne sommes pas vraiment du même monde », analyse Nathalie Lenoir. Vous ne devez donc pas hésiter à vous appuyer sur les autres, à flatter leur expertise, tout en vous réservant la mise en avant et la présentation des résultats obtenus pour vous assurer une précieuse visibilité.

Ne pas avoir la folie des grandeurs

Montesquieu expliquait qu’ »un homme n’est pas malheureux parce qu’il a de l’ambition, mais parce qu’il en est dévoré. » A vouloir aller trop vite en besogne et gravir les échelons trop rapidement, vous risquez de vous brûler les ailes et de vous faire mal voir au sein de votre entreprise. Acceptez de progresser pas à pas. Si la hiérarchie ne vous confie pas le poste que vous désiriez tant, c’est peut être qu’elle ne vous juge pas prêt. Demandez-vous alors ce qui vous a manqué et remédiez-y.
« C’est particulièrement exaspérant de travailler avec quelqu’un dont les ambitions ne correspondent pas avec la réalité de ses compétences et de son autorité », rappelle Chrislaine Laury. On acceptera que vous soyez ambitieux à condition que vous en ayez les moyens. Sans cela, vous passerez pour un doux rêveur dans le meilleur des cas, un fumiste dans le pire.

Se tenir à l’écart des guerres de clans

Rares sont les entreprises où tout le monde s’entend avec tout le monde. Vous serez souvent pris au milieu des querelles et autres intrigues.
« Il vaut mieux éviter de prendre des positions trop définitives dans un univers particulièrement mouvant et instable comme l’entreprise d’aujourd’hui, recommande Nathalie Lenoir. Les mauvais élèves d’aujourd’hui pouvant très rapidement devenir les bons élèves de demain, mieux vaut choisir la neutralité en cas de conflit. » A la faveur des départs et des promotions, le pouvoir peut rapidement changer de main. Plutôt que d’entrer dans une stratégie de clan, vous devez vous positionner comme un observateur attentif voire même comme un médiateur susceptible d’obtenir le consensus. Les grands managers ont la faculté de s’imposer par leur seul charisme, pensez-y.

Grandir avec son entreprise

« L’ambition devient un frein à partir du moment où l’ambitieux ne pense plus au fonctionnement de son entreprise mais uniquement à son avenir, explique Chrislaine Laury. Il est important de cultiver son ambition personnelle mais il ne faut pas oublier pour autant la relation contractuelle qui nous lie avec l’employeur. » C’est à travers la société que vous devez faire exister votre ambition, au risque de vous retrouver rapidement isolé.
En allant à l’encontre du bon fonctionnement de l’entreprise dans le seul but de favoriser votre propre évolution professionnelle, vous courrez le risque de faire long feu. Vous priver d’un collaborateur efficace pour prendre seul la tête d’un dossier est peut-être le meilleur moyen de faire vos preuves, mais est-ce la meilleure solution pour l’entreprise ? Seul vous produirez forcément moins qu’à deux.

Savoir faire des concessions

« Le danger, lorsque l’on a beaucoup d’ambition et autant de confiance en soi, c’est de vouloir à tout prix faire accepter ses idées et ses méthodes », explique Chrislaine Laury. Le passage en force ne fonctionne que très rarement. En imposant vos méthodes, vous n’obtenez généralement qu’un seul résultat : le conflit. Mieux vaut céder aux requêtes d’un supérieur, même si elles vous paraissent inutiles, que de vous griller auprès de votre hiérarchie. Etre ambitieux, c’est aussi savoir mettre son ego de côté.
« Il faut savoir s’incliner et accepter les idées des autres, lorsque celles-ci sont meilleures », ajoute Chrislaine Laury. Avoir de l’ambition n’empêche pas de savoir reconnaître ses faiblesses et ses erreurs. De même, il vous faudra apprendre à tirer un trait sur certains de vos désirs inatteignables pour favoriser la concrétisation d’autres, plus réalistes.

Aller voir ailleurs si nécessaire

Lorsque le climat est sclérosé, que l’ambiance est des plus mauvaises ou que vous sentez que votre avenir professionnel ne passe peut-être plus par votre entreprise, c’est qu’il est temps de faire vos cartons. « Votre ambition personnelle et celle de l’entreprise ne sont pas toujours complémentaires, admet Nathalie Lenoir. Dans ces cas-là, mieux vaut se concentrer sur votre pouvoir personnel. »
A certains moments de votre carrière, il vous faudra avoir suffisamment de recul pour comprendre que, si vous voulez évoluer, mieux vaut quitter une entreprise où vous n’avez pas beaucoup de perspectives. En restant malgré tout, vous ne nourrirez que plus de rancœur car vous estimerez ne pas être apprécié à votre juste valeur.



Source : Le journal du net

Lien Permanent pour cet article : http://www.burkina-faso.biz/voir/etre-ambitieux-sans-se-faire-detester/

Laisser un commentaire

Extension Factory Builder